Bien sûr, le cheval nous apporte un formidable sentiment de liberté et de communion avec la nature.

Mais il enseigne aussi la modestie, la rigueur et la persévérance.

Autant de valeurs qui nous aident à grandir.

Monter à cheval, c’est se confronter à un être vivant, un autre. Et, avec cet animal si réceptif, impossible de tricher.

Réveiller ses sens

Le contact avec le cheval est aussi une fête pour les sens, sans cesse sollicités. Le regard, tout d’abord :

« C’est un animal si beau, si élégant, si puissant… »

Le toucher, naturellement : « Si s’occuper de lui, par exemple le brosser, est une nécessité, c’est aussi un plaisir très sensuel, charnel, un moment de bien-être, de détente que nous partageons avec lui »,

Et, à cheval, nous enchaînons les sensations : le pas – l’allure la plus sécurisante – nous berce, tandis que le galop nous grise.

Mais, d’emblée, être juché à plus de 1,60 mètre du sol donne l’impression d’exister de manière beaucoup plus intense, de dominer le monde.

Oubliés, le carcan de l’apparence, les impératifs de séduction ! La relation avec le cheval nous rappelle que nous avons un corps, qui vibre, qui ressent.

Communiquer

Le cheval possède une forte personnalité et sa puissance lui permet de nous désarçonner s’il le souhaite.

Pour rester en selle, il faut s’initier à la technique équestre, qui est avant tout un langage corporel destiné à établir la communication entre le cavalier et sa monture.

« Si tu veux obtenir ce que tu me demandes, monte-moi correctement , pourrait dire l’animal »

Pour produire un effet, chaque action de mains et de jambes doit être effectuée selon des règles précises, dans le plus grand calme, sans geste superflu.

Aimer sans condition

Pour beaucoup de cavaliers – cavalières surtout –, le contact avec l’animal permet d’approcher une forme d’amour, d’autant plus unique qu’elle est inconditionnelle : impossible d’obtenir de lui des sentiments identiques à ceux que nous lui portons !

Par nature, il n’est pas démonstratif.

En fait, la relation avec le cheval nous oblige à être moins impulsif et plus réfléchi, elle nous enseigne la patience ! »

On cherche en permanence à mériter sa confiance, à se faire accepter.

Cet amour vire facilement à la passion, ce qui n’est pas forcément agréable pour le conjoint.

« Je ne pourrais jamais partager ma vie avec quelqu’un qui ne comprendrait pas que je consacre autant de temps et d’intérêt à mon cheval », déclarent les mordus

Se sentir libre

Le cheval nous relie à la nature, nous propulse dans un ailleurs où les contraintes seraient abolies.

Un peu comme s’il nous transmettait de sa puissance.

« Monter m’apporte un formidable sentiment de liberté car le cheval est un animal foncièrement libre.

Et il nous aide à grandir : devoir s’occuper d’un être vivant enseigne le sens des responsabilités.

C’est un environnement où l’on a le droit d’avoir du caractère, d’exprimer des émotions, sans froisser personne.

Thérapeutes et pédiatres suggèrent souvent aux parents d’enfants trop remuants de les inscrire dans un club hippique.

Si le cheval a été définitivement détrôné par l’automobile, il a retrouvé, pleinement, une place dans nos sociétés stressées.

Pour vous persuader du bien fondé de ce sport unique avec un être unique et démystifier son approche « élitiste », venez « CHEZ SÉRAPHIN« ! où l’on pratique le loisir campagnard.

le top des raisons pour devenir accro! :

  • De l’engrais gratos pour le jardin de mamie

  • Le meilleur sport pour les gâteaux une chute = un gâteau! et vu qu’une chute arrive vite, les gâteaux aussi. C’est mathématique.
  • Préférer l’équitation pour pratiquer un sport de 7 à 77 ans!
  • Si on n’a plus d’essence, on bougera quand même
  • L’un des seuls sports mixtes Vous connaissez beaucoup de sports où les hommes et les femmes peuvent s’affronter sur les mêmes épreuves et pour un même classement?
  • Vous allez enfin savoir quoi faire de votre vie

Puisque votre « dada » sera devenu le centre…

Donc vous n’aurez plus à vous poser la question de savoir comment vous occuper. Voilà plus de problèmes existentiels!

  • L’équitation est le seul sport individuel qui se pratique à 2

Là c’est du classique. Un bel oxymore comme celui-ci est une sacrée raison de préférer l’équitation.

En espérant que cette lecture vous a intéressé, bye bye!

La publication a un commentaire

Laisser un commentaire